Réfléchir avec mon corps: un mécanisme puissant de la marche perceptive(Partie 2)

 

Hier, je t’ai parlé du concept que j’ai développé en marchant: réfléchir avec mon corps.
Je t’en ai démontré le mécanisme.
Aujourd’hui je te donne un exemple. Ce peut être utile pour t’en faire une meilleure représentation même si ça n’égale pas l’expérience.

Ce que j’ai réalisé à propos de moi qui était caché à ma conscience, quand je suis partie réfléchir avec mon corps.

Je me suis posé la première question et je suis partie marcher:
Pendant que j’étais attentive aux signaux de mon corps,
pendant que mon souffle était calé sur mes pas,
pendant que j’étais hyper présente à ma respiration,
pendant que mon corps avançait en jogging,
j’ai vu l’image de mon père monter depuis l’intérieur de moi.

J’avais 5-7 ans. Je le voyais partir déjeûner au restaurant avant le travail.
C’était ce qu’il aimait s’accorder.
Mais chaque fois qu’il se permettait le resto, ma mère démontrait un mécontentement d’une manière ou d’une autre.

Il n’est pas question ici de juger ma mère ni mon père mais de voir que chaque fois où papa s’accordait de l’importance, il perdait de l’amour de maman.

Vue de ma hauteur,  j’ai enregistré ça dans mon cerveau:
« Chaque fois que je m’accorde de l’importance, je perd l’amour. »

Du coup, je m’organise toujours pour ne pas m’accorder d’importance
parce que je crois que je vais perdre l’amour si je le fais.

J’ai 45 ans. Ça a dirigé ma vie à mon insu pendant 37-40 ans.

– J’ai eu le temps de me plaindre que je n’avais jamais de temps pour moi.
– J’ai eu le temps d’accuser mon entourage de ne pas prendre soin de moi.
– J’ai eu le temps de perdre des êtres précieux.
– J’ai eu le temps de perdre beaucoup de valeur et d’énergie.
– J’ai eu le temps de tout donner jusqu’à la fin de mes ressources parce que je croyais en dedans de moi, dans cet endroit bien caché, que si je prenais soin de moi et de mes besoins, si je m’accordais de l’importance, j’allais perdre l’amour.
J’ai eu le temps de tout donner de moi pour garder l’amour.
Au final, quand j’ai commencé à m’accorder de l’importance, j’ai perdu l’amour de ma vie.

Inconsciemment, j’étais fidèle à ce que je croyais en secret, à l’ombre de ma conscience.

Et ce matin, en réfléchissant avec mon corps, je réalise ça.

C’est fantastique.

Quand je réalise avec mon corps ce qui me limite, ça impressionne tout mes sens. C’est comme un choc. Ça imprime mon être. Et il y a un mouvement naturel qui se tourne vers les solutions, qui est propre à chacun je crois.

En ce qui me concerne, je vais transformer cette limite en ressources et potentiels de vie.
Et je vais le faire aussi en marchant.

Avec l’expérience, transformer une croyance limitante en ressource prend une seconde.
Mais changer l’habitude de l’ancienne croyance est plus long.
Alors je pars marcher avec la nouvelle croyance que j’imprime dans mon corps
pendant un bon mois jusqu’à ce qu’elle devienne plus forte que l’ancienne.

Quand je te parle de jeu de marche, s’en est un exemple.
Quand je te parle de mentorat de marche, c’est le jeu que j’ai enregistré pour toi.
Pour te guider à initier la rencontre, l’exploration, avec ta conscience dans ton corps. Donc le mentorat, c’est le guidage. Le jeu, c’est toi qui suit les instructions du mentorat, c’est ton expérience.

Mais avant de réfléchir avec ton corps et débusquer une limite inconsciente,  c’est indispensable de préparer ton corps et ton esprit.

C’est impossible de réfléchir avec son corps en état de stress, en vitesse, avec un esprit et un mental agité. Plus le stress est intense, plus l’accès à soi-même est réduit.
Ça demande une préparation, une disposition.

Et pour rendre la préparation le fun, agréable, stimulante, enthousiasmante, je construis des jeux de marche. Plus tu joues, plus tu apprends à diriger ton attention dans ton corps et à développer ta présence. Par exemple:

– découvrir comment détendre ton pieds dans la marche impact sur la fluidité de tes hanches, tes épaules, ta nuque, ton cerveau et tout l’équilibre de ton corps et ton mindset.
– marcher et prendre conscience de ton souffle te fait voir comment tu vis. Puis ça devient possible de l’allonger. Tu retrouves plus de confiance en toi, plus d’espace, plus de résilience, de l’inspiration, etc…
– marcher les doigts relax calme ton système ton nerveux, libère ta respiration et ouvre sur un autre état d’esprit plus grand, plus ouvert et ça impacte aussi sur ta vie, etc…

Marcher en apportant ton attention dans ton corps t’informe sur toi-même.

Apprendre à te rencontrer dans la marche, à te reconnaitre, à t’explorer, à te transformer, c’est le but, la mission de marcher vers soi.
Tout est en dedans de soi. Oser y aller te donne le pouvoir de faire de ta vie un chef d’oeuvre.
Moi j’ai choisi d’y aller avec la conscience, la marche et le jeu.

Si tu veux t’initier avec un jeu super simple, je te guide:

Je m’initie au jeu de marche qui me dresse et m’ouvre à la nouvelle année.

C’est un petit jeu d’initiation.
Je te demande un tout petit prix.
L’idée c’est que tu embarques dans le jeu sans avoir peur de perdre quelque chose.
Il dure 19 minutes.

Tu  le télécharges, tu le mets sur ton iphone et tu m’apportes marcher avec toi:
Je t’attend de l’autre côté,
Le corps au grand air, les deux pieds dans la vie!

Marie Jeanne

Réfléchir avec mon corps: un mécanisme puissant de la marche perceptive (partie1)

 

 

Ce matin, j’ai démasqué la face cachée d’un noeud

qui dirige ma vie  depuis 40 ans.

 

Quand des données remontent à ma conscience depuis l’intérieur de moi,
ça me donne envie de célébrer!

Beaucoup de gens font des années de thérapie pour délivrer ça.
Moi je le fais en marchant. Je réfléchis avec mon corps.

Aujourd’hui, je te montre un des mécanismes que j’utilise.
Et après, je te raconte mon histoire.

Ça pourrait t’inspirer.

C’est quand la dernière fois où tu t’es senti vraiment  compris, entendu, accompagné et soutenu?
Moi c’est il y a quelques heures. J’ai découvert que la meilleure personne pour te comprendre, t’accompagner, te soutenir, et t’écouter, c’est toi-même.

J’ai mis au point une méthode d’exploration corporelle que j’utilise pour me rencontrer. Comme je n’aime pas trop réfléchir sur moi-même avec ma tête,
c’est bizarre à dire mais je réfléchis avec mon corps. C’est le concept.

Ensuite, il y a le mécanisme. J’utilise mon corps, mon souffle, mon attention et je réalise des vérités libératrices. Dans ce mécanisme, je vis des moments clés qui me font comprendre ma façon de vivre. Je vis le truc.

C’est beaucoup plus puissant qu’une compréhension intellectuelle et c’est plus direct aussi. J’ai une compréhension vivante qui impressionne mes sens. Puis ça me donne le gaz, le fuel, le pouvoir de transformer ce qui me restreint en ressource.

Quand tu commences à maîtriser ce mécanisme, il devient de plus en plus aisé de voir ce qui agit en toi qui te limite depuis tout petit. Il te donne accès à l’inconscient. Puis tu découvres comment une toute petite chose que tu as conclu dans ton enfance peut influencer secrètement toute ta vie.

C’est un chemin. Pour le marcher, tu as besoin d’aimer la vie. Tu as besoin de vouloir sortir du cadre que tu connais. Tu as besoin d’être curieux, ouvert, avec un esprit explorateur, aventurier.

C’est super touchant, puissant et vrai.
Aujourd’hui je te donne la chance de construire ton chemin avec moi.
Je te guide, je t’accompagne.

Mais ça se peut que ce ne soit pas le chemin que tu as envie de suivre.

C’est pour toi si tu es sérieux dans ta quête de te sentir bien, d’apprendre à te connaitre, à te libérer. Si tu as envie de regarder ta vie et dire wow, que je suis content. Je me réalise. Je suis satisfait. Je suis fière de ce que je crée. Si tu crois que c’est possible de te découvrir d’une façon simple qui ne prend pas des années et des années d’université et de psychologie mais qui demande que tu aimes te sentir vivant. Que tu aimes découvrir ta force. Que tu aimes reprendre ton pouvoir, ta puissance.  C’est pour toi si tu penses que la vie c’est plus que ta routine métro – boulot – dodo.

Si ça te parle, organise-toi pour me suivre.
Parce que c’est maintenant qu’elle est là la vie et c’est maintenant que j’avance et que je t’invite à être fort avec moi, à être curieux ensemble, à grandir en se sentant soutenu, compris, entendu, accompagné.

Si ça ne te parle pas, tu peux tout de suite libérer ta boîte mail parce que je vais te parler souvent. Je vais t’accompagner. Je vais t’inspirer, Je vais te montrer des trucs, je ne te laisserai pas tomber mais j’ai besoin que tu sois sérieux.

Tiens, si tu veux tout de suite commencer à préparer ton corps, ton coeur et ton esprit à te rencontrer, j’ai préparé pour toi une exploration corporelle toute simple pour que tu te lances dans la nouvelle année bien dressé et ouvert.

Je l’ai fait pour toi pendant la période des fêtes.

J’y ai mis un tout petit prix pour que tu n’aies pas peur de t’ouvrir au nouveau:

Je saute dans l’expérience: je  prépare mon corps et mon cerveau à s’ouvrir sur moi-même

 

Le mécanisme que j’utilise: c’est réfléchir avec mon corps

Il me permettre de rentrer dans les zones complexes et cachées qui gouvernent ma vie. Il pénètre l’inconscient.

Contexte:
Dernièrement, je me sentais devant un mur.
J’avais l’impression d’être coincée derrière lui malgré tous les efforts que je faisais pour qu’il tombe.

Ce matin, j’ai décidé que c’était le temps de voir plus clair, d’aller vraiment en profondeur puisque je ne parvenais pas à régler le problème:
Je suis allée réfléchir avec mon corps.

Avant de sortir marcher, je me suis posée 3 questions que j’ai amené avec moi dans la marche:

Question 1:
Qu’est-ce qui vient de moi qui fait que .. .. (le problème que je vis)?

Question 2:
Quelles sont les parties de moi qui sont en lien avec cet obstacle?

Question 3:
Qu’est-ce que je peux faire pour me libérer de l’obstacle?

1. Je sors marcher et j’entre dans la mécanique des rythmes.

Ça me permet d’être dans le moment, sans pensée.
Je marche rapidement, de façon dynamique pour me réchauffer et aussi pour m’oxygéner le corps et le cerveau.
Ce matin, je suis partie en jogging sur le rythme 4.0 4.0

***Si tu me suis depuis un moment, tu sais que je suis professeure de marche afghane et que je « marche afghane » tout le temps, que ce soit chez moi ou bien dehors. Si tu ne connais pas, utilise simplement la marche.

2. Quand je me sens à point, je m’arrête et je lis ma première question.

A. je construis un fil imaginaire qui me relie à ma question pour qu’elle soit toujours présente dans moi (je peux mettre ma question sur mon coeur)
B. J’apporte mon attention sur ma respiration.
C. Je prends soin d’être ouverte aux sensations corporelles pendant que je reprends la marche (ou le jogging).

3. Je repars. 

J’ai toujours le fil imaginaire qui me relie à ma question pendant que mon attention est sur ma respiration et ma conscience ouverte sur mon corps.

4. Je me re-pose la question quand je sens qu’elle s’éloigne de ma conscience.

C’est important de NE PAS VOULOIR UNE RÉPONSE.

5. Je me dégage de tout parasite mental.

Pour laisser l’inconscient remonter jusqu’à mon esprit conscient, je m’assure d’être toujours focus dans mon corps.
Mon attention est sur ma respiration et sur mes pas ou bien dans mes hanches. ***La marche afghane est parfaite pour ça: elle rythme ta respiration sur tes pas et assure ainsi ta présence dans ton corps , en dehors de toute activité mentale.

6. Situation:

A. Je marche, avec le fil imaginaire qui me relie à ma question
B. Mon attention est sur ma respiration et mes hanches
– Ou bien sur ma respiration et mes pas
– Ou bien sur ma respiration et le mouvement alterné de mes bras
– Ou sur ma respiration dans mon dos, etc…
C. Ma conscience est ouverte sur l’ensemble de mon être
D. Je suis disposée dans mon corps à recevoir une réponse.
E. Je continue de marcher dans cette conscience en laissant venir la réponse de l’intérieur. Je ne cherche pas à l’obtenir.

7. Je reçois

A. Une réponse arrive depuis l’intérieur de moi. Je la sens monter de mes profondeurs. Elle n’arrive pas par le mental.
B. Elle se manifeste par un son, une image, un souvenir, ou bien une situation que je rencontre dans la marche.
C. Je remercie la réponse d’être venue à moi
D. Je peux questionner la réponse si j’ai besoin d’éclaircissement.
E. Je répète le processus en reprenant la marche. Je m’assure que le mental est tranquille à l’idée de vouloir recevoir une réponse.
– Pour cela, je focus mon attention dans mon corps, sur mon souffle et ma conscience reste ouverte sur l’ensemble de mon être.
*** il se peut que je ne recoives pas de réponse tout le temps et ce n’est pas grave. Ce qui compte, c’est d’ouvrir le chemin avec confiance. Et d’y revenir régulièrement.

C’est le mécanisme que j’ai utilisé ce matin.

Par contre, il se peut que tu préfères vivre l’expérience directement. Dans ce cas, commence tout de suite à préparer ton corps, ton coeur et ton esprit à te rencontrer.

Je saute dans l’expérience: je  prépare mon corps et mon cerveau à s’ouvrir sur moi-même

Tu as juste besoin de télécharger le mentorat et l’installer sur ton téléphone. Après, laisse-toi guider, au grand air. Ah, j’ai mis un tout petit prix pour que tu n’aies pas peur de t’ouvrir au nouveau.

Dans le prochain article, je partage avec toi ce que j’ai compris ce matin.

Si tu es comme moi, ça te prend des exemples.

Les démonstrations aident à se faire une image d’un concept.

Je te retrouve demain,

Je te parle de mon expérience.

Marie Jeanne.

 

Le pouvoir de l’auto-suggestion dans la marche afghane.

« Tous les jours, à tout point de vue, je vais de mieux en mieux »

Emile Coué

Je vais te donner l’élément essentiel qui donne plus de puissance à l’auto-suggestion. Et il se prête parfaitement à la marche.

Le problème avec les suggestions c’est qu’on en a tellement entendu parler qu’on minimise leur effet.

Même moi, intégrer des suggestions dans la marche me semblait faible au départ. Je trouvais que réciter mentalement des affirmations n’impactait pas suffisamment mon être en entier. Ça restait dans la tête.

Et j’avais conclu que ça ne marchait pas.

Puis un jour que je marchais et ça m’est venue naturellement. J’avais envie d’affirmer quelque chose de beau, de grand, de plus élevé.

Je l’ai fait  sans me poser de question et ça m’a mis dans un état vraiment beau, comme si un nouveau monde s’ouvrait en moi et je marchais dedans.

J’ai reconsidéré l’affaire… et j’ai compris que j’avais TORT de négliger ça.

J’avais fait quelque chose de nouveau.

Je t’en parle  parce que je me dis que peut-être que comme moi avant, tu sous-estimes le pouvoir des suggestions.

Mais avant,  re-voyons ensemble comment construire une auto-suggestion pour être certain qu’on se comprend bien.

Comment construire une auto-suggestion

– Ton affirmation est subjective (Je)

– Elle est soit au temps présent, soit au futur proche.  Exemple: Je vais…. ou bien Je vais aller… Ça dépend du contexte.

Moi j’aime beaucoup le futur proche parce que je me crois plus facilement dans ce que j’affirme, si c’est quelque chose de nouveau que je veux installer en moi.

– Formule la suggestion sous la forme d’une décision ou d’un objectif.

– Formule la décision ou l’objectif positivement. (évite les « ne pas »)

– Rends l’affirmation précise pour en avoir une image claire:  : Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Avec qui?

Comment pratiquer l’auto-suggestion:

– La méthode Emile Coué , propose d’affirmer ta suggestion  ( une vingtaine de fois) sans y penser tous les jours, plusieurs fois par jour,  à voix haute.

– Elle dit aussi d‘affirmer ton auto-suggestion pendant que tu fais autre chose. De cette façon, ton attention est centré sur une action consciente et ton inconscient reçois les messages directement.

– Tu fais cela dans une posture droite, dressée, avec l’attitude d’être dans ton pouvoir.

Ça, c’est la méthode Coué. Elle est excellente mais moi j’y ai ajouté quelque chose qui me fait me sentir encore plus dedans.

Clique ici pour vivre comment je fais, je te plonge dedans

 

Comment DÉCUPLER  le pouvoir de l’auto-suggestion en marchant. Ma façon:

À l’allée: Je réveille mon corps en 3 étapes

1. Je pars marcher en synchronisant ma respiration sur mes pas. Tu sais que j’utilise la marche afghane pour tout mes déplacements. Ça me réveille, ça me rend puissante. Si tu ne connais pas, ce n’est pas grave. Suis les indications quand-même.

2. Je commence toujours à marcher d’une façon dynamique. Parfois la cadence est rapide, parfois je file en jogging. Mon souffle toujours calé sur mes pas, dans les rythmes.

3. Je prend contact avec mon corps: je suis attentive à ma respiration, mes pas, mes rythmes et mes hanches. 

Pourquoi les hanches? parce qu’elle propulsent le mouvement de mes jambes.

Je garde aussi mes abdos légèrement toniques. Ça permet à mon souffle de pénétrer les 3 niveaux pulmonaires.

Mon esprit se tait. Mon énergie s’élève. Mon corps s’oxygène amplement, il s’ouvre, il se rempli de vie.

Je marche ou cours de cette façon jusqu’à mi-parcours.

Au retour: Jeu de marche et auto-suggestion en 7 étapes

Maintenant que mon corps est bien réveillé, j’entre en lui  avec un jeu de marche. C’est une méthode d’exploration de soi-même par les signaux du corps.

1. Pour que ce soit simple, le jeu aujourd’hui va être d’accueillir l’auto-suggestion que j’ai envie d’installer en moi:

l’idée c’est de faire descendre l’auto-suggestion depuis ta tête jusque dans ton coeur.

– j’inspire depuis mon ventre en prolongeant mon souffle jusqu’à mon coeur,

-j’expire en resserrant légèrement les omoplates dans mon dos sans forcer

– je fais ça 5-10 fois. Mon corps est dressé.

2. J’ajoute une rétention de souffle à la fin de l’inspiration :

– pendant l’inspiration: j’inspire depuis mon ventre jusqu’à mon coeur avec un conscience bienveillante.

– pendant la rétention: je garde mon souffle à poumons pleins sur quelques pas et je caresse mon coeur de l’interieur ( avec mon souffle) comme pour le préparer à recevoir l’auto-suggestion. C’est comme si je préparais un lit pour un invité et que je voulais qu’il soit accueillant et qu’il  sente bon…

– pendant l’expiration: je laisse aller les tensions, je laisse aller le connu, je laisse aller.

– je fais ça 5-10 fois

3. Je récite l’auto-suggestion comme si je venais à chaque fois la déposer sur mon coeur, sur le lit de mon invité. L’idée c’est de faire comme si je voulais la réciter avec mon coeur plutôt qu’avec ma tête.

4. Je récite l’auto-suggestion à voix haute de préférence ou bien mentalement si la situation ne se prête pas, jusqu’à ce que j’en ressente l’émotion vibrer en moi .

5. Puis, je prends l’attitude de l’émotion . Je marche avec ce nouveau comportement. Cette nouvelle façon de pensée, cette nouvelle attitude.

– Je fais ça aussi longtemps et intensément que je peux (10-15-20-30-90 minutes)

6. Je suis attentive à garder la vibration de l’auto-suggestion le plus longtemps possible dans la journée.

7. Je répète ce chemin pendant 21 jours consécutifs. S’il m’est impossible de marcher tous les jours, je prépare mon corps pour accueillir la suggestion avec ma conscience, sans marcher.

C’est mon COEUR qui décuple le pouvoir d’auto-suggestion.

C’est un travail avec la conscience et ton coeur qui cré un alignement corps-coeur-esprit et ça donne une force immense à la suggestion.

J’ai construis un jeu de marche, un mentorat où je te guide dans une exploration corporelle qui prépare ton corps à recevoir une auto-suggestion.

Comment faire descendre l’autosuggestion de la tête et la déposer dans ton coeur pour un rendement optimal et vivant.

Je t’attend de l’autre côté,

Le corps au grand air, les deux pieds dans la vie!

Marie Jeanne

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Qui c’est qui n’aime pas se vider la tête

On a tous un point en commun: on aime se vider la tête.

Comment ça marche vraiment?

Je pense que c’est une question d’attention et d’observation.

Plusieurs personnes parlent du moment présent comme étant ce qui est en train de se passer. Par exemple, ne penser à rien d’autre que ce qui est en train de se passer.

Apprécier un ciel étoilé ou un coucher de soleil et se laisser vivre les sensations et sentiments associés comme la plénitude, la liberté par exemple.

C’est déjà pas mal, c’est un départ.
Par contre, j’ai goûté une présence beaucoup plus intense particulièrement quand j’ai commencé à observer mon souffle, ma respiration quand je marchais.

Je posais toute mon attention dessus.
Et quand je faisais, ça, mon esprit se calmait.

Je renouvelais mon énergie. Elle était plus légère, plus fraîche, moins lourde et dense.
Puis un nouveau monde perceptif s’ouvrait à moi tout seul.

Tout devenait plus clair, plus fin, plus doux, comme plus puissant, plus intense et tranquille en même temps.
Avec tout mon corps et mon cerveau sous l’influence de cette réceptivité.

Il y avait un espace qui se créait en moi.

C’était vraiment agréable à vivre. Et ça se manifestait depuis l’intérieur.

J’ai essayé de reproduire ces expériences de marche avec ma volonté mais ça ne marchait pas. Puis un jour, j’ai compris qu’il suffisait d’être attentive à mon souffle, ma respiration pendant que j’avançais.

Quelques années plus tard, j’ai connu la marche afghane.

Et quand j’ai commencé à synchroniser ma respiration sur mes pas,
puisque c’est la technique de la marche,
j’ai retrouvé ces feelings, ces expériences libératrices que je créais en étant attentive à mon souffle.

Puis j’en ai fait un jeu. Et j’ai libéré pas mal de limites en moi, physiques comme psychologiques (de toute façon c’est le même système) juste en jouant,
pendant que mon corps profitait de l’air pur, dans les rythmes de la marche afghane.

Aujourd’hui, je crée des jeux de marche. Mon outil, c’est la marche afghane.

Parce que sa technique est géniale. Quand tu synchronises ta respiration sur tes pas, tu es obligé d’être attentif à ta respiration. Et par défaut, ton esprit se libère et une présence intense te fait  goûter à la joie de vivre. Tu n’es plus tout seul.

C’est beau et c’est simple et c’est vrai.

Aujourd’hui, c’est ta dernière chance de profiter d’un tarif exceptionnel pour te procurer la formation de marche afghane avec tous les +++++

Acheter le pack que je te propose, c’est comme faire exprès pour aller bien.

Après, à toi de choisir ce que tu observes dans ta vie.
La joie ou bien les soucis. Ton souffle ou bien la folie du monde.
C’est aussi ça la performance! Tenir la route dans le bon sens.

Si tu choisis la joie, l’enthousiasme, l’inspiration, la force, la forme, la conscience, le jeu, la bienveillance, etc… j’ai ce super outil pour toi qui va te préparer un terrain parfait pour passer d’une vie ordinaire à une vie vivante sans subir la pression du monde.

Parce que ça demande beaucoup d’attention de tenir la route dans le bon sens. Ça demande de l’énergie. De la volonté. De la persévérance. Ça demande d’être conscient de soi aussi.

Tiens c’est ici, tu as jusqu’à ce soir minuit pour en profiter.
As-tu envie de te sentir VIVANT toi aussi?
Achète ça, c’est pour toi.

Tu reçois:
– Le niveau 1 de la formation de marche afghane en ligne
– Le niveau 2 de la formation demarche afghane en ligne
– Un accompagnement audio pour soutenir ton exercice d’amplification pulmonaire

Ici tu vas te faire de l’espace dans toi!
– Des mémos format poche des rythmes de marche
– En plus, je t’offre en Primeur 3 jeux de marche

Ce sont des mentorats audio que je crée pour t’amener à développer un nouveau chemin d’habitude en toi qui consiste à te rencontrer dans la marche.
Ça n’existe pas ailleurs, il n’y a que moi qui fait ça.

En résumé tu reçois:
– 2 formations
– 1 accompagnements audio
– 3 jeux de marche
– 4 fichiers qui appuient ta formation de marche afghane.

Tout ça pour 97$ au lieu de 344$ jusqu’à dimanche minuit.
C’est carrément une bombe!

Je le répète, ce n’est pas pour tout le monde.
Si tu n’es pas prêt à passer à l’action parce que ce qui te motive c’est l’envie de vivre, de te sentir frais et vivant, de devenir conscient de toi et de créer la vie que tu souhaites, n’achète pas, n’achète rien.

Si tu achètes, sois certain de ne pas mettre ton produit dans le garde-robe.
C’est un choix conscient.
Et c’est puissant parce que de l’autre côté, il y a un monde nouveau qui t’attend.

J’achète le Pack en appuyant sur le bouton Je m’inscris

Bon dimanche,
Le corps au grand air,
les deux pieds dans la vie!

MJ

Une impulsion furtive qui te fait gagner gros!

 

Ahhhh… les histoires de black… attend j’en ai une pour toi!

Ça t’arrive de te sentir fade en milieu de journée, comme une baisse d’énergie ou une fatigue qui te prend d’un coup? Et tu es quasiment dépressif à te sentir mal… démotivé en plus que dehors c’est la grisaille…

Ou quand tu as la bonne idée de t’accorder du temps ou un truc qui te fait du bien, mais tu lâches au bout de quelques temps, tu t’oublies ou tu n’as plus le temps, n’importe quoi?  Et tu te sens cheap…  looser… deçu…

Moi aussi ça m’est arrivé souvent. T’inquiète, il n’y a pas que toi qui vit ça.

Du coup qu’est-ce que la plupart des gens font dans ces cas là?

ils se couchent plus tôt en se disant qu’ils vont récupérer la forme

– ils sont obligés de faire la sieste pour récupérer tous les jours mais leur niveau d’énergie reste minimal et facilement épuisable.

– ou ils retombent justement dans un engourdissement, un flou, une dévalorisation, jusqu’à ce qu’ils recommencent une autre fois, avec un regain de vouloir prendre soin d’eux mais ils sont souvent épuisés rendu là.

TOUT ÇA NE MARCHE PAS!
Plein de monde se rendent jusqu’à la médication!

Si toi aussi il t’arrive de vivre ça, ce dont tu as vraiment besoin c’est

  • de te renouveler
  • te régénérer
  • te sentir frais et léger
  • de retrouver ton enthousiasme, ton inspiration et ta joie de vivre
  • c’est aussi de calmer ton esprit, de te détendre parce que tu es monté aux ondes bêta sans t’en rendre compte. C’est un pic de stress qui ne lâche pas et ton corps te dit de redescendre. C’est pour ça que tu vis ces trucs déplaisants et que tu ne réussis pas à en sortir vraiment.

L’idée que j’ai pour toi derrière tout ça, c’est de te permettre de
– refaire tes forces
– ton énergie
– te renouveler, d’une façon simple et efficace sans que ce soit compliqué et que ça te prenne la tête.

Il faut que ce soit simple et sain. Idéalement dans un environnement agréable et stimulant qui offre un horizon.

C’est la raison pour laquelle j’ai pensé à toi ce matin.

Je transférais toutes les 8 vidéos de ma formation de marche afghane en ligne sur une plateforme qui va me permettre de gérer tout ça beaucoup plus proprement et surtout facilement.

Puis je transférais et j’écoutais des bouts de vidéo de ma formation en ligne et je me disais que c’était vraiment bien construit mon affaire! Dehors, au grand air, dans les couleurs verdoyantes, un cadre parfait. Je l’ai trouvé super bien montée, claire et à la limite  je suis « matante » tellement je veux que tu saisisses bien!

Et là l’idée m’est venue de te faire un  SUPER PACK BLACK WEEK END  qui réunit toutes les conditions pour que tu puisses te régénérer. J’ai prolongé l’esprit du black friday en black WE jusqu’à dimanche minuit pour te donner la chance d’en profiter.

Ça ne va pas te donner un beau salon ni un grand écran. C’est plutôt de l’ordre de Vivre dans la joie.

JE DÉBALLE LE SUPER PACK AVEC TOI. IL CONTIENT:

– LE NIVEAU 1 DE LA FORMATION DE MARCHE AFGHANE EN LIGNE

– LE NIVEAU 2 DE LA FORMATION DE MARCHE AFGHANE EN LIGNE (ça veut dire que tu as tout tout tout et plus, en ce qui concerne l’apprentissage de la marche et que tu vas profiter de la saison froide pour aller respirer toutes ces odeurs soignantes de l’hiver)

– UN ACCOMPAGNEMENT AUDIO POUR L’EXERCICE HYPER PUISSANT D’AMPLIFICATION PULMONAIRE (ici tu vas faire de l’espace à l’intérieur de toi)

– DES RÉVISIONS EN FORMAT POCHE POUR ALLER PRATIQUER LES RYTHMES DEHORS

ET EN PLUS, LE GROS CADEAU QUI FAIT QUE JE NE CROIS PAS ENCORE QUE JE T’OFFRE TOUT ÇA C’EST:
– EN PRIMEUR MONDIALE parce que ça n’existe pas ailleurs, il n’y a que moi qui fait ça!

je t’offre 3 JEUX DE MARCHE qui sont des guides audio pour initier ta marche dans l’intention d’une vraie rencontre avec toi-même:

La conscience du pied
– Le jeu des bras
– Le jeux des sensations thoraciques

Ce sont des jeux d’attention que tu fais en marchant, des mises en soi, des expériences qui allient plein air, santé, spiritualité, intelligence et croissance individuelle sans les diviser.

C’est tout en même temps. Tu gagnes quoi?

– de l’énergie
– de la lucidité
– tu affines ta présence
– tu n’es plus jamais tout seul
– tu passes à un autre niveau de conscience et un monde nouveau et frais émerge depuis l’intérieur de toi.

Tu n’as qu’à les télécharger et les apporter avec toi dehors quand tu pars marcher.

Voilà, c’est mon idée du matin, une impulsion de bonté pour toi! C’est la faute du black friday et du fait que j’ai revue mon cours de marche afghane en ligne et que je l’ai trouvé vraiment génial.
D’ailleurs, je t’en parle en profondeur ici:

EN SAVOIR PLUS SUR LA MARCHE AFGHANE EN LIGNE

Mais n’oublie pas que je t’ai fait un pack qui réuni les 2 formations niveau 1 et 2 + un audio guidé d’un exercice super puissant pour faire de l’espace en toi + du matériel pour appuyer ta pratique + 3 jeux de marche à découvrir en primeur.

tout ça pour 97$ au lieu de 344$

CLIQUE ICI POUR EN PROFITER ET APPUI SUR LE BOUTON JE M’INSCRIS POUR RECEVOIR TON PACK DU BLACK WE

Je ferme les inscriptions ce dimanche à minuit, et tu peux être certain que je ne vais pas refaire une offre pareil de si tôt, c’est une impulsion furtive et j’ai choisi de la suivre!

Comme je ne crois pas que suis vraiment en train de t’offrir tout ça je te dis Salut avant de changer d’idée,

À plus,

Marie Jeanne

Comment un petit détail physiologique a un impact immense sur ton sport ou bien ta marche

Hier, je rencontrais un expert de la marche sportive et athlétique au Québec. Nous parlions comment intégrer les rythmes de marche dans les sports peut avoir un impact immense sur le rendement et l’endurance. Puis j’ai eu envie de te faire tester ce petit détail en ce qui concerne la propulsion du gros orteil dans la marche, la course, le jogging, l’ascension, tout sport où tu as besoin d’avancer.

Je t’en parle ici:

C’est à Sherbrooke, les 28 et 29 septembre prochains, que je termine mes formations de marche pour l’année 2019. Tu es bienvenu, il reste quelques places.

Je veux participer à la dernière formation de l’année à Sherbrooke

Ce n’est pas fini, j’ai plein d’idée et de ressources que je veux partager avec toi.

Je te reviens bientôt,

Marie Jeanne

 

 

Comment transformer tes limites en ressources par la marche

« L’idée c’est de jouer. Le coeur léger. Il n’y a pas de presse. Il y a la beauté d’une relation qui s’établit entre toi et toi. C’est un art. C’est le jeu de t’observer. De devenir conscient de toi-même. Tu vis comme tu respires. As-tu envie de jouer? » 

Marcher vers soi

Comment j’ai rencontré mes limites?

Un matin je marchais. Ma respiration synchro sur chacun de mes pas. Dans cette attention, je me suis observée. Et j’ai eu un grand frisson. Avec un noeud bien serré dans la gorge. Des larmes chaudes coulaient sur mes joues. Et je manquais d’air.

Je venais de réaliser que je respirais à peine, même dans les rythmes de la marche afghane que j’avais découvert quelques années auparavant. Je respirais petit alors que ma capacité pulmonaire me permettait
bien plus grand. Je percevais une grande limite en moi. Et là, sont montées jusqu’à ma conscience des images de moi:

  • moi qui prend peu de place
  • moi qui a peur de déranger
  • moi qui manque d’assurance
  • moi qui se remet en doute
  • moi dans mes peurs d’être moi
  • moi qui n’ose pas trop s’affirmer, etc…

J’ai trouvé cela très triste. Je faisais ça moi. Je vivais petit. Et je respirais comme je vivais. Tout mon corps réalisait ça en un instant.

Du coup, je ne me suis pas donné de marge. C’était assez. Ce que j’avais vu de moi, ce n’était pas moi qui l’avait choisi. Cela vivait en moi, par défaut ou en mode automatique. Et j’avais laissé faire, je n’en n’étais pas consciente jusqu’à ce moment là. Puis j’ai décidé d’expérimenter un autre comportement.

Je connaissais bien la mécanique de la marche afghane. Je me suis demandé comment j’allais me sentir en m’accordant de grandes bouffés d’air dans mes  rythmes de marche. J’allais mimer le contraire de la limitation des petites respirations timides.

Sur la route du retour, je me suis mise à respirer à grands poumons. À chaque pas, j’inspirais de grands bols d’air jusqu’à pleine capacité.
Je sentais mon corps se redresser sous la force de mon souffle. Mes bras balançaient en alternance chaque côté de moi. Je me sentais libre! Ça disait en moi: « enfin » !

Je respirais ma vie comme si j’avais des années à rattraper. Je souriais.
Je sentais monter dans mon corps des élans de fierté, une attitude confiante, de l’assurance, une détermination solide, je sentais mon aplomb se fortifier, j’étais moi. Moi tel que je sais que je peux être. Je me sentais en ligne, en équilibre et j’aimais ça. La perception que j’avais de ma vie était grande, juste et belle.

À partir de ce moment là, ma vie s’était transformé. Plus jamais j’allais me permettre de respirer petit. Dans ma marche comme dans tous les aspects de ma vie. J’ai continué de tracer la route, jour après jour. En m’accordant de grandes bouffées d’air sur le rythme de mes pas en marchant. J’aimais me sentir forte et déterminée.

Je suis revenue au centre de moi, au centre de ma vie, consciente de moi, de plus en plus et de mieux en mieux.

Comment faire pour débusquer tes limites et les transformer en ressource dans la marche?

1. Apporte ton attention sur ta respiration quand tu marches, ou bien, embarque dans la mécanique des rythmes et utilise celui qui te convient.

2. Marche en attention complète sur ton souffle pendant au moins une dizaine de minute (quand tu es attentif à synchroniser ta respiration sur tes pas, tu es nécessairement présent à ton corps. C’est la porte d’entrée).

3. Observe de quelle façon tu respires. Observe longtemps. Comment il est ton souffle: court, long, rétrécit, il semble pesant, il est doux et fluide, il est léger, agréable, il est petit, il est grand, il est retenu, il est timide, etc…

– Est-ce que tes poumons se remplissent sur l’inspiration?
– Arrives-tu à expirer tout ton air ou bien tu as le sentiment d’un reste?
– À l’inspiration, ta poitrine se soulève? ton ventre serre? Ta gorge se noue?

Ce sont tous des pistes d’observation. Il y en a une qui te parle?

1. Suis la piste et respire dedans avec bienveillance.

2. Pose-toi la question comment ça se fait que je respire comme ça, qu’est-ce que ça veut dire? Pose la question dans ton coeur et reste ouvert.

3. Puis continue ta marche en respirant dans ta piste, avec elle. Ouvre-toi à elle:
Tu es présent à toi dans ton corps et tu laisses faire. Tu avances, en lien avec toi, en lien avec ta piste (l’état présent de ta respiration), tu es ouvert, tu es ouverte, et tu marches au grand air, ta question dans le coeur. Tu es tranquille. Tu es déjà en lien. Tu n’es plus tout seul.

4. Il se peut que quelque chose comme une réponse ou un élément de réponse remonte depuis tes profondeurs jusqu’à ta conscience.
Ce peut être sous la forme d’un sentiment, d’une émotion, d’une image, d’un souvenir, d’une parole, d’une impression, etc..

Accueille cette réponse et respire-là aussi, en continuant de marcher. Respire-là. Et remercie ton corps, puis la partie de toi qui t’offre un petit morceau de conscience pour que tu te rassembles.

5. Fais de ta compréhension un choix. Une décision.

Aide-toi avec ton corps! Amuse-toi à respirer avec assurance, bravoure et courage. Prends l’attitude corporelle contraire de celle qui te limite. Amplifie les mouvements: le balancement de tes bras, les portions d’air qui entrent et qui sortent de toi, le déhanchement dans ta marche, etc…
Marche assez longtemps pour que ton corps prenne l’attitude de ton nouveau comportement et que tu en ressentes les répercussions en toi. Par exemple, tu peux sentir monter la confiance, la détermination, l’enthousiasme, la clarté, etc..
Fais-le tous les jours, tout le temps! C’est une histoire entre toi et toi.
Par exemple, quand j’ai choisi de respirer grand et de m’accorder de grandes bouffées d’air, alors qu’avant dans mon inconscience, je respirais tout petit.
Si tu respires gêné, timide… c’est pareil!

5. Il se peut aussi que tu n’obtiennes pas de réponse pour cette fois.

Dans ce cas, je t’encourage à recommencer les étapes avec bienveillance dans tes prochaines sorties. Cela demande de développer ta présence et ton attention. Quand tu es présent, ton esprit est calme et disponible. Il peut réceptionner une réponse. Il n’a pas besoin de chercher ou de vouloir. Il a posé la question et il sait que ton corps va répondre d’une façon ou d’une autre.

L’idée c’est de jouer. Le coeur léger. Il n’y a pas de presse.

Il y a la beauté d’une relation qui s’établit entre toi et toi.
C’est un art. C’est le jeu de t’observer. De devenir conscient de toi-même.

Tu vis comme tu respires. As-tu envie de jouer?

Marie Jeanne

Que tu pratiques ou non la marche afghane, tu peux jouer. Simplement, quand tu marches dans les rythmes de la marche afghane, tu es obligé d’être présent parce que tu synchronises ton souffle sur tes pas. Tu n’es pas dans tes pensées et encore moins dans tes soucis. C’est le terrain requis pour que ton esprit soit au repos et puisse laisser ton corps exprimer ses vérités. Tu as besoin de ce terrain pour jouer, c’est la seule condition.

Si tu as envie de venir apprendre la marche afghane et créer un terrain propice pour te rencontrer et transformer tes limites en ressource, il reste deux formations pour 2019:

Réserve ta participation ici:

Québec les 14 et 15 septembre ou bien Sherbrooke les 28 et 29 septembre

Je t’attend, le corps au grand air, les deux pieds dans la vie!

Comment faire l’amour en marchant

« Puis je marchais comme ça, en attention, et de plus en plus, un nouveau monde s’ouvrait en moi ».

Marcher vers soi

Comment faire l’amour en marchant

Il y a quelques années, je marchais le même trajet de banlieue tous les jours et chaque marche était différente, nourrissante et unique. Je prenais plaisir à construire ma force et mon aplomb en découvrant les
différents rythmes de marche. Les rythmes courts, les rythmes longs, de transition, etc… j’avais appris la marche afghane déjà et j’expérimentais encore!

J’expérimentais comment?

En étant tout simplement attentive à synchroniser ma respiration sur mes pas. Ça me permettait d’être présente dans mon corps. Pas de pensée, pas de souci, pas de fuite d’énergie. Ma tête au repos complet!
Jour après jour, j’ai commencé à expérimenter des états nouveaux. Mes sens plus aiguisés me faisaient découvrir la vie autrement. Le chant d’un oiseau me traversait le corps, les fragrences des fleurs étaient plus fines, puissantes. Les rencontres plus vivantes, plus attentionnées. Ma conscience s’expansionnait doucement pendant que je marchais, en callant mon souffle sur chacun de mes pas.

Quelque chose qui ressemblait à un sentiment de grâce venait me toucher souvent. D’expérience en expérience, j’ai découvert qu’en dessous de tout ce qui recouvrait mon monde, tout au fond derrière, vibrait un lieu de pure paix. Il y vivait une joie tranquille, qui résidait là en silence, sans rien vouloir, sans rien demander. Je me sentais en ce lieu, comme dans la sensation que l’on doit ressentir au paradis. Mais pour y accéder, mon esprit devait être calme, voire au repos.
 » Puis je marchais comme ça, en attention, et de plus en plus, un nouveau monde s’ouvrait en moi ».

Ça t’inspire?
Embarque avec moi, je t’emmène promener!

Étape 1: J’initie ma marche de la façon suivante:

J’embarque dans la mécanique des rythmes et je trouve celui qui me convient le mieux.
– Je place mon attention sur ma respiration. Je la synchronise sur mes pas.
– Et j’avance pendant un certain temps dans cette attention sur mon souffle et mes pas, sans rien chercher. Je suis juste présente dans mon corps.

Étape 2: Vient le moment où j’aime me relier:

– J’inspire depuis le fond de mon ventre jusqu’au cerveau et j’expire en relâchant les tensions dans mon dos et ma poitrine. Toujours mon attention sur mon souffle et mes pas.
– Sur l’inspire, je me relie à la source de la vie avec mon souffle. Je la situe dans le fond de mon ventre. J’y vais avec mon souffle. C’est lui qui ouvre le chemin. Il est le chemin. Donc j’inspire jusqu’à sentir le
fond de mon ventre avec la conscience que je me relie à la vie.
– Puis à l’expire, je laisse aller les tensions que je rencontre. Ma tête devient légère.
– Je marche dans cette état d’attention complet pendant un moment, plus ou moins long, selon ma disponibilité intérieure.

Étape 3: La rencontre

– Puis vient un moment où je perçois de l’intérieur une intensité. Une force qui prend une forme réelle se réveille. Je la sens comme une balle qui prend de la puissance, au fur et à mesure que je marche
et respire dans le fond de mon ventre. Cet espace s’éclaircit et s’ouvre à ma perception sensorielle de l’intérieur. Ma tête semble rafraîchie.
– Puis je continue d’y être attentive. En inspirant jusqu’à lui, cet espace, avec la conscience aimante de m’y relier. Puis j’expire en laissant aller les tensions que je perçois.
– Et un moment arrive où je perçois clairement un autre espace s’ouvrir, en lien avec le premier. Cet espace me rempli d’un sentiment indescriptible qui ressemble à une joie intense et tranquille à la fois.
Il se situe au niveau du plexus solaire.
– Je continue de marcher, ma respiration calée sur mes pas, et je laisse faire. Je goûte. Je m’immerge. Je suis pleinement attentive au chemin de mon souffle, et à la conscience que je met dedans. Et là je
perçois mon coeur qui s’ouvre, comme une fleur qui offre sa rosée au soleil. Et je respire de tout mon être, avec reconnaissance. C’est un moment de pure grâce.

Étape 4: Je suis dans l’expérience de la vie

– Je perçois un lien clair entre moi, mon esprit ouvert à se relier à la vie (tête), et ce centre de force et d’équilibre, comme un lieu nourricier qui abrite l’origine, la source de la vie en moi (bas-ventre). Puis, quand ce lien est bien établi, avec mon souffle et la conscience que je met dedans il y a cette ouverture puissante que je perçois vivement au niveau de mon coeur, où vit une joie tranquille dans l’immensité silencieuse d’un monde sans fin.
-À ce moment, je me sens en lien esprit-corps-coeur avec la vie, avec la nature, dans l’univers et dans mon corps. C’est tout, c’est partout, c’est dedans, c’est dehors, etc…

A chacun sa suite du monde…

Bien sûr, il y a des suites dans les expériences. Mais je crois qu’il appartient à tout un chacun de vivre sa suite à lui! Peu importe ta suite, tu te retrouves immanquablement dans un état de réceptivité
important et souvent des choses qui te concernent remontent d’elles-même à ta conscience, depuis l’intérieur de ton corps. C’est ta rencontre.
C’est comme ça que je me découvre et rencontre la nature de la vie.
Dans l’expérience de marcher, le corps au grand air, les deux pieds dans la vie.
C’est ça aussi Marcher vers soi.
En se reliant à la vie, l’amour se fait.
Parce que derrière toutes les choses du monde, il est toujours là, immense et tranquille.

Marie Jeanne

Pour faire ça, il y a un début. Le mien, ça a été d’apprendre les rythmes et la technique de la marche afghane. C’est un excellent moyen de développer ta présence et ton attention dans la marche, parce que tu es obligé d’être attentif a ton souffle, tes pas et ton coeur quand tu marches. Et puis tu construis ton énergie. Tout part de la! (désolée mon mac refuse de placer certains accents)

Il reste 2 formations de marche afghane pour 2019 et c’est en septembre:

Clique ici pour les 2 dernieres formations et réserve la tienne!

Autrement, tu sais que tu peux toujours apprendre en ligne!

QUESTIONS – RÉPONSES – Comment prendre la montée que tu redoutes le plus sans t’essouffler

Salut, c’est Marie-Jeanne,

– Tu te demandes comment démarrer en côte sans te fatiguer?
– Tu penses que c’est trop beau pour être vrai?
Je répond à tes questions et tes hésitations.
( partie 2 du thème comment démarrer en côte sans t’essouffler)

 

Clique ici pour prendre plus d’info et réserver ta participation aux dernières formations de l’année:

J’apprends les rythmes de marche qui me portent dans les montées

Comment prendre la montée que tu redoutes le plus sans t’essouffler

Salut c’est Marie Jeanne,
Cette semaine j’aborde le thème des côtes, des escaliers, des montées redoutables dans lesquelles tu t’essouffles et te fatigue. Que tu sois en forme ou pas, ça s’adresse à toi.
As-tu déjà pensé que tu peux être soutenu dans tes efforts et te sentir porté dans tes montées?

– Es-tu essoufflé quand tu as une montée importante à faire, une côte, des escaliers ou un pic de montagne?
– Es-tu effrayé de monter la grosse côte dans ta rue?
– As-tu peur que ton coeur s’emballe?
– Redoutes-tu les montées parce que tu sais que tu t’essouffles ou bien tu dois faire des pauses tout le temps pour récupérer?

J’ai vécu ça aussi. Moi je devais faire des pauses pour récupérer. Et ça coupait mon élan.
Maintenant j’ai trouvé une technique qui me permet de faire des pauses quand j’en ai envie. Les pauses ne sont plus une période de récupération mais un choix que je fais soit pour admirer un point de vue, soit pour discuter, méditer, grignotter, etc..

Il existe des rythmes de marche pour te soutenir dans tes efforts et te permettre de monter sans te fatiguer et sans t’essouffler.

J’ai enregistré ça pour toi:

Pour réserver ta participation aux dernières formations de marche afghane de l’année, clique ici:
J’apprends les rythmes de marche et je deviens dynamique dans les montées

À tout de suite,

Marie Jeanne