Tutoriel – Comment démarrer en côte sans t’essouffler

Imagine que tu montes les dizaines de marche jusqu’au 5ieme étage sans t’essouffler, ou bien que tu abordes la côte que tu redoutes le plus d’une façon calme et détendue parce que tu connais un rythme de marche qui te soutient dans tes efforts.

Je te l’enseigne ici.

Il va te porter dans tes montées et te permettre d’atteindre ta destination sans t’essouffler. Tu vas gagner confiance en toi, en ton corps, en ton coeur, en ton souffle, en ta vie.

J’enseigne plusieurs  rythmes pour te soutenir dans tes efforts et te permettre de marcher sans te fatiguer.

Ce qui va te manquer, c’est d’apprendre la technique de la marche pour pouvoir danser avec les rythmes selon ta condition physique, les efforts que tu fais et tes objectifs de marche. Tu vas aussi en profiter pour refaire ton énergie rapidement. C’est la raison pour laquelle je t’enseigne la marche afghane, en ligne ou bien en ateliers.

Clique ici pour avoir plus d’info, j’ai tout mis en vidéo:

Je passe au vidéo et je réserve ma participation aux ateliers

 

QUESTIONS – RÉPONSES – Comment prendre la montée que tu redoutes le plus sans t’essouffler

Salut, c’est Marie-Jeanne,

– Tu te demandes comment démarrer en côte sans te fatiguer?
– Tu penses que c’est trop beau pour être vrai?
Je répond à tes questions et tes hésitations.
( partie 2 du thème comment démarrer en côte sans t’essouffler)

 

Clique ici pour prendre plus d’info et réserver ta participation aux dernières formations de l’année:

J’apprends les rythmes de marche qui me portent dans les montées

Comment prendre la montée que tu redoutes le plus sans t’essouffler

Salut c’est Marie Jeanne,
Cette semaine j’aborde le thème des côtes, des escaliers, des montées redoutables dans lesquelles tu t’essouffles et te fatigue. Que tu sois en forme ou pas, ça s’adresse à toi.
As-tu déjà pensé que tu peux être soutenu dans tes efforts et te sentir porté dans tes montées?

– Es-tu essoufflé quand tu as une montée importante à faire, une côte, des escaliers ou un pic de montagne?
– Es-tu effrayé de monter la grosse côte dans ta rue?
– As-tu peur que ton coeur s’emballe?
– Redoutes-tu les montées parce que tu sais que tu t’essouffles ou bien tu dois faire des pauses tout le temps pour récupérer?

J’ai vécu ça aussi. Moi je devais faire des pauses pour récupérer. Et ça coupait mon élan.
Maintenant j’ai trouvé une technique qui me permet de faire des pauses quand j’en ai envie. Les pauses ne sont plus une période de récupération mais un choix que je fais soit pour admirer un point de vue, soit pour discuter, méditer, grignotter, etc..

Il existe des rythmes de marche pour te soutenir dans tes efforts et te permettre de monter sans te fatiguer et sans t’essouffler.

J’ai enregistré ça pour toi:

Pour réserver ta participation aux dernières formations de marche afghane de l’année, clique ici:
J’apprends les rythmes de marche et je deviens dynamique dans les montées

À tout de suite,

Marie Jeanne

Chaque promenade a un sens nouveau

 

Depuis hier, je n’ai plus de voiture. Toujours à Latitans (Petite Anse), joli village de pêcheurs dans le sud de la Martinique, je dois maintenant marcher pour me déplacer. Quand les distances sont trop longues, je fais du stop, et des rencontres!

Aujourd’hui, je devais aller faire quelques courses. Maéva m’a aidé à fabriquer une pancarte indicatrice de destination pour le stop. Nous sommes mieux entendus quand le message est clair. Tadam!

Aussitôt sur le chemin, une dame s’arrête pour moi et m’amène paisiblement au Diamant, le coeur sur la main. Je fais mes courses et prépare ma pancarte pour le retour. Tadam! Un homme s’arrête. Je m’assois dans la voiture. Nous échangeons sur la route éclaircie des rayons du soleil. Nous roulons les fenêtres ouvertes dans les odeurs florales de fin d’après-midi. Il a un certain âge. Je m’intéresse à son histoire. Il s’intéresse à la mienne. Synchronicité. Il me dit qu’il habite un coin de pays en France où il y a des sentiers de marche magnifiques. Il est un grand marcheur. Il aime marcher.

 » Je ne marche pas pour marcher. Je n’aime pas ça. Je marche pour me rencontrer et j’aime ça  » me dit-il.

Des frissons heureux sont montés de partout sur ma peau! Nous étions sur la même longueur d’onde. Je me suis sentie comprise. La promenade prend un sens nouveau tous les jours, peu importe le parcours, quand il y a rencontre avec ce qui habite en moi. C’est comme donner vie à la marche.

Selon toi, qu’est-ce qui permet de se rencontrer dans la marche?

Aimes-tu ça?

En quoi marcher te redonne du pouvoir

Depuis maintenant cinq ans, je vais marcher de façon régulière. Dans cet espace de tous les jours, j’ai d’abord appris à explorer la marche en synchronisant mon souffle sur mes …

Ouvre la porte et réalise ta première marche pèlerine!

Chaque fois que mon pied touche le sol, pendant que mon esprit se repose sur mon coeur accueillant, je reçois le souffle aimant de la nature.
Marie-Jeanne Anctil, Marcher vers soi.

 

J’ai souvent été impressionnée par les marches interminables, ces trajets de pèlerins, qui laissaient un mystère et un goût de liberté sur mes lèvres. Un jour, jeune maman, je suis sortie de chez moi tôt le matin et mes pieds nus ont touchés la terre du rang 5 ouest encore humide de rosée.

Un pas devant l’autre, j’étais en quête d’un ressourcement, avant la journée de dévotion que j’allais mener avec mes petits.

L’or du matin touchait les cimes de la montagne, effleurant mes joues de sa douce lumière.

Embrassant la fraîcheur du jour, je marchais sur cette terre qui accueillait mes pieds souples et doux, sans permission. Sans jugement et sans commentaire.

Je vivais la paix de l’aube. Le silence des mots et du monde montait en moi pour accueillir le chant des oiseaux, le vent dans les feuilles et l’eau qui ruisselait discrètement, éveillant la magie des bois.

Cette majestueuse,  je lui ouvrais mon être et elle me remplissait. Je n’étais plus un individu qui marche sur le chemin bordé d’elle. Il n’y avait plus moi et elle, cette nature brillante de bontés. Il y avait elle en moi et moi en elle. J’étais ses qualités, sa joie, son air, son parfum. Nous étions la vie, ensemble. Nous étions la rosée, le bruissement du matin, nous étions le reflet dorée sur la source, le chuchotement des clapotis sur les roches.

Dans cet instant de reliance, un élan d’amour innocent et naturel m’envahit. Cette nature généreuse se donnait entièrement, avec cette terre qui me portait, et ce rose doré dessinant doucement le bleu du ciel. Je me sentais complète, entière et libre.

Mon coeur connecté sur la fraîcheur du matin qu’elle émanait, et mon souffle, qui tirait en moi les gouttes d’eau des étoiles que je voyais s’envoler au soleil. Des fragrances divines qu’elle offrait sans réserve, à celui qui était sur le chemin.

Je vivais la paix. La paix de l’amour.

 

A ce moment, j’ai réalisé ma première marche pèlerine, sans chercher à le faire. À ce moment, j’ai compris que je pouvais marcher autrement. Qu’il suffisait de sortir dehors, sentir mon corps en mouvement, calmer mes pensées et déposer mon esprit sur mon coeur accueillant. Dans le silence de mon être, me relier avec elle, la magnifique, pleine de grâce, et laisser mon coeur s’ouvrir sur la beauté du jour. Puis, percevoir que la beauté du jour vit aussi en moi. Cela est pour moi, une marche pèlerine.

Quand mon esprit est agité, je ne vois pas le monde dans sa vérité. Je suis isolée dans mon corps et dans mon monde. Il y a moi et il y a elle, la magnifique. Il n’y a pas moi en elle et elle en moi. Et je ne vois même plus ses merveilles. Je suis séparée de la vie. Je suis vieillie, aigrie. Je suis zombie.

Comment je fais pour me retirer si souvent ces moments de grâce.

Comment je fais pour oublier qu’elle est là, la magique.

Comment je fais pour parcourir ses chemins sans la voir vraiment.

Comment je fais pour amoindrir sa beauté.

Comment je fais pour échapper à son accueil fécond.

Comment je fais pour échapper à moi-même.

Comment je fais pour ne pas me voir.

Je vis dans mes pensées. Mes préoccupations. Mes routines. Je vis pour demain en vivant hier. Je vis ma mère, mon père et mes aïeux. Je perds. Je perds mon coeur, mon souffle et ma joie. Je perds ma vie. Je gagne aussi. Je gagne ce que je sais, ce que je crois, ce que je ne sais pas que je crois. Je gagne des batailles et des luttes. Je gagne des efforts sans fins. Je m’épuise. Je gagne des inconforts, des douleurs, des doutes.

Et quand je me réveille, j’ouvre la porte et je sors branlante, brisée. Je la vois et je me sens. Je la regarde, la magnifique. Et je tend mon pas innocent vers elle, par amour, par vérité. Parce que je reconnais mes origines en elle. Parce que je sais qu’elle est là. Parce que je me souviens sa bienveillance. Elle me prend dans ses bras, me berce, me caresse, me demande rien. Elle est toujours là, c’est moi qui part ailleurs. Dans mon habitude. Mon habit tue.

Marcher et revenir à la source de soi, avec la magnifique, c’est une bénédiction, un art de vivre. C’est l’art de marcher vers soi. Souvent les gens sont étonnés quand je leur dit que je ne fais pas de grandes randonnées, que je n’ai pas encore marché sur les chemins silencieux. Pourtant, moi j’ai le sentiment d’y aller souvent, depuis ce matin où j’ai ouvert la porte et j’ai rencontré pour la première fois, le plus beau pèlerinage sur les traces du rang 5 ouest.

N’attend pas, ton Compostelle est déjà là. Ouvre la porte, ouvre les yeux et apporte ton esprit se reposer sur ton coeur qui l’attend.  Rejoins la magnifique, dans un élan de vérité. Le corps au grand air, les deux pieds dans la vie!

Marie-Jeanne Anctil

Marcher vers soi

marcherverssoi.com

Travailler votre souffle 1/7

Comment libérer, déployer et définir votre Respir Individuel Pour créer la marche afghane, Édouard Stiegler, s’est inspiré des travaux du Dr.Hanish et de la façon qu’avaient les nomades afghans de …

Travailler votre souffle 2/7

Comment libérer, déployer et définir votre Respir Individuel

Pour créer la marche afghane, Édouard Stiegler, s’est inspiré des travaux du Dr.Hanish et de la façon qu’avaient les nomades afghans de se déplacer sur de très longues distances sans se fatiguer. Je me suis intéressée aux travaux de Hanish, particulièrement à l’Art de la respiration et j’ai décidé de faire revivre ces précieux trésors en dormance.
Hanish a créé une série de 7 exercices de respiration rythmée pour développer, travailler, libérer, déployer et définir son propre souffle. Il propose d’utiliser la respiration en conscience, pour celui qui cherche à se connaître vraiment:

« L’être qui prend en conscience son Respir individuel se libère du Respir maternel qui lui a été transmis à sa naissance par sa mère.  Tant qu’il ne prend pas son propre souffle en main, en conscience, il sera enchaîné dans les mémoires familiales qu’il porte en lui ».

Voir exercice 1, voir exercice 3, Voir exercice 4, voir exercice 5, Voir exercice 6, voir exercice 7,

Travailler votre souffle 3/7

Comment libérer, déployer et définir votre Respir Individuel

Pour créer la marche afghane, Édouard Stiegler, s’est inspiré des travaux du Dr.Hanish et de la façon qu’avaient les nomades afghans de se déplacer sur de très longues distances sans se fatiguer. Je me suis intéressée aux travaux de Hanish, particulièrement à l’Art de la respiration et j’ai décidé de faire revivre ces précieux trésors en dormance.
Hanish a créé une série de 7 exercices de respiration rythmée pour développer, travailler, libérer, déployer et définir son propre souffle. Il propose d’utiliser la respiration en conscience, pour celui qui cherche à se connaître vraiment:

« L’être qui prend en conscience son Respir individuel se libère du Respir maternel qui lui a été transmis à sa naissance par sa mère.  Tant qu’il ne prend pas son propre souffle en main, en conscience, il sera enchaîné dans les mémoires familiales qu’il porte en lui ».

Voir exercice 1, Voir exercice 2, Voir exercice 4, voir exercice 5, Voir exercice 6, voir exercice 7,

Marcher libère le coeur en peine

Juste l’espace d’un instant, une parole, un appel, un geste, parfois même une simple pensée et l’eau claire de ta vie devient trouble. À ta perception, le monde est renversé, …