À propos

La marche afghane c’est quoi?

Ce qui caractérise techniquement la marche afghane, c’est que le souffle est synchronisé sur les pas du marcheur. Il y a donc naissance d’un rythme dans le souffle, plus ou moins rapide, selon la cadence du marcheur, la topographie du terrain et l’objectif de la marche. La respiration ainsi rythmée sur les pas, donne à son tour naissance à une oxygénation supérieure de tout le corps. Que la marche soit pratiquée d’une façon performative ou méditative, il y aura toujours une oxygénation supérieure due à la respiration rythmée. Ce qui engendre un potentiel immense pour travailler, développer, libérer et enfin déployer son souffle en souplesse dans la marche. Et ceci, d’une façon tout à fait naturelle, induite par le rythme, l’oxygénation et la régularité du marcheur.

Il suffit de sortir dehors, le corps au grand air, les 2 pied dans la vie!

 

 

 

 

 

Les origines:

Edouard Stiegler, fondateur de cette façon de marcher, à lui même expérimenté et pratiqué jusqu’à atteindre un haut niveau d’intégration la respiration rythmée, proposée alors par le Dr.Hanish (1844-1936). Passionné de la respiration rythmique et ses bienfaits, Stiegler a été appelé à se rendre en Afghanistan, en différentes occasions, dans le cadre de son travail. Avec plus ou moins une vingtaine d’années d’exploration de l’art de la respiration rythmique, il fut très sensible à la force de ces nomades afghans qui traversaient de longues distances en peu de temps. Dans son livre  » La régénération par la marche afghane », il parle d’une distance de 700 km parcourue en douze jours de marche par ces nomades, et ce, sans fatigue. Il les observa avec attention, curiosité, sensibilité et passion. Ces derniers furent, avec la respiration rythmée, les inspirations de Stiegler dans la création de la marche afghane. De là son appellation!

 

 

 

 

Bienfaits:

La respiration rythmique et l’oxygénation supérieure que procure ce type de marche ouvre la porte sur d’innombrables bienfaits:

physiques: assouplissement de la respiration – amplification de la capacité pulmonaire – régulation du rythme cardiaque – favorise la circulation sanguine, énergétique et lymphatique – régénération cellulaire – la fatigue se transforme en énergie – meilleur sommeil – meilleure digestion – tonus postural – purifie le teint – purifie l’organisme – amplification de la perception sensorielle, etc…

psychologiques: présence à soi et calme intérieur, disposition à recevoir l’inspiration, apaisement du mental, équilibrage de la force vitale, naissance de la bienveillance envers soi et l’environnement, confiance en soi, vivacité d’esprit, clarté, joie de vivre, enthousiasme, etc…

Qui peut marcher?

Absolument tout individu peut pratiquer ce type de marche. Jeunes ou avançant en âge, l’idée de se « mettre en forme » avant de commencer à pratiquer la marche afghane est absolument fausse, bien au contraire! Il suffit de commencer peu à peu, suivant ses propres capacités. La clé d’un bon développement est de bien comprendre la synchronisation du souffle et des pas, en lien avec le respect du rythme du corps. Après, avec la régularité de la marche, la forme s’installe toute seule et les différents rythmes aussi!

Une marche pour performer ou méditer dans l’action?

Il est clair que le fait de synchroniser le souffle au rythme des pas induit une oxygénation intense qui donne naissance à un souffle nouveau. La marche afghane peut être utilisée pour augmenter sa performance. De nombreux athlètes utilisent la respiration rythmée pour acquérir plus d’énergie et de puissance dans le but d’un meilleur rendement. Ce type de marche convient absolument à ceux qui pratiquent la course, le vélo, la randonnée, le patin, les marches pèlerines, la marche nordique, le trekking, bref, elle est un plus en soi qui se marie parfaitement à grand nombre d’activités et techniques.

D’un autre coté, elle peut tout aussi bien être utilisée comme une méditation active. Le marcheur ajoutera alors sa conscience spécifique dans la marche. Dans les deux cas, la présence à soi est un élément qui se place naturellement au centre de la marche. La qualité de présence s’accentue selon la conscience et le but du marcheur. Certains intégreront des suggestions lors de la marche, pour créer un nouveau chemin, de nouvelles habitudes, de nouvelles façons de penser. En ce qui me concerne, j’aime beaucoup inspirer le nouveau, et expirer l’ancien, peut importe que je marche d’un pas rapide ou plus lent. La marche afghane en soi révèle beaucoup sur la façon que l’on perçoit la vie, que l’on se perçoit soi-même. Il suffit de s’observer. Et quand on se voit en face, alors il est possible de décider pour soi-même de changer d’état d’esprit, en conscience, en marchant. Quelle magie, quelle belle façon de se connaître et de se responsabiliser. C’est une marche pleine d’amour et de bienveillance. La marche afghane est sans aucun doute une occasion formidable de développer l’art de marcher vers soi.

 

Quand la marche devient  plus que le simple fait d’aller marcher