Réfléchir avec mon corps: un mécanisme puissant de la marche perceptive(Partie 2)

 

Hier, je t’ai parlé du concept que j’ai développé en marchant: réfléchir avec mon corps.
Je t’en ai démontré le mécanisme.
Aujourd’hui je te donne un exemple. Ce peut être utile pour t’en faire une meilleure représentation même si ça n’égale pas l’expérience.

Ce que j’ai réalisé à propos de moi qui était caché à ma conscience, quand je suis partie réfléchir avec mon corps.

Je me suis posé la première question et je suis partie marcher:
Pendant que j’étais attentive aux signaux de mon corps,
pendant que mon souffle était calé sur mes pas,
pendant que j’étais hyper présente à ma respiration,
pendant que mon corps avançait en jogging,
j’ai vu l’image de mon père monter depuis l’intérieur de moi.

J’avais 5-7 ans. Je le voyais partir déjeûner au restaurant avant le travail.
C’était ce qu’il aimait s’accorder.
Mais chaque fois qu’il se permettait le resto, ma mère démontrait un mécontentement d’une manière ou d’une autre.

Il n’est pas question ici de juger ma mère ni mon père mais de voir que chaque fois où papa s’accordait de l’importance, il perdait de l’amour de maman.

Vue de ma hauteur,  j’ai enregistré ça dans mon cerveau:
« Chaque fois que je m’accorde de l’importance, je perd l’amour. »

Du coup, je m’organise toujours pour ne pas m’accorder d’importance
parce que je crois que je vais perdre l’amour si je le fais.

J’ai 45 ans. Ça a dirigé ma vie à mon insu pendant 37-40 ans.

– J’ai eu le temps de me plaindre que je n’avais jamais de temps pour moi.
– J’ai eu le temps d’accuser mon entourage de ne pas prendre soin de moi.
– J’ai eu le temps de perdre des êtres précieux.
– J’ai eu le temps de perdre beaucoup de valeur et d’énergie.
– J’ai eu le temps de tout donner jusqu’à la fin de mes ressources parce que je croyais en dedans de moi, dans cet endroit bien caché, que si je prenais soin de moi et de mes besoins, si je m’accordais de l’importance, j’allais perdre l’amour.
J’ai eu le temps de tout donner de moi pour garder l’amour.
Au final, quand j’ai commencé à m’accorder de l’importance, j’ai perdu l’amour de ma vie.

Inconsciemment, j’étais fidèle à ce que je croyais en secret, à l’ombre de ma conscience.

Et ce matin, en réfléchissant avec mon corps, je réalise ça.

C’est fantastique.

Quand je réalise avec mon corps ce qui me limite, ça impressionne tout mes sens. C’est comme un choc. Ça imprime mon être. Et il y a un mouvement naturel qui se tourne vers les solutions, qui est propre à chacun je crois.

En ce qui me concerne, je vais transformer cette limite en ressources et potentiels de vie.
Et je vais le faire aussi en marchant.

Avec l’expérience, transformer une croyance limitante en ressource prend une seconde.
Mais changer l’habitude de l’ancienne croyance est plus long.
Alors je pars marcher avec la nouvelle croyance que j’imprime dans mon corps
pendant un bon mois jusqu’à ce qu’elle devienne plus forte que l’ancienne.

Quand je te parle de jeu de marche, s’en est un exemple.
Quand je te parle de mentorat de marche, c’est le jeu que j’ai enregistré pour toi.
Pour te guider à initier la rencontre, l’exploration, avec ta conscience dans ton corps. Donc le mentorat, c’est le guidage. Le jeu, c’est toi qui suit les instructions du mentorat, c’est ton expérience.

Mais avant de réfléchir avec ton corps et débusquer une limite inconsciente,  c’est indispensable de préparer ton corps et ton esprit.

C’est impossible de réfléchir avec son corps en état de stress, en vitesse, avec un esprit et un mental agité. Plus le stress est intense, plus l’accès à soi-même est réduit.
Ça demande une préparation, une disposition.

Et pour rendre la préparation le fun, agréable, stimulante, enthousiasmante, je construis des jeux de marche. Plus tu joues, plus tu apprends à diriger ton attention dans ton corps et à développer ta présence. Par exemple:

– découvrir comment détendre ton pieds dans la marche impact sur la fluidité de tes hanches, tes épaules, ta nuque, ton cerveau et tout l’équilibre de ton corps et ton mindset.
– marcher et prendre conscience de ton souffle te fait voir comment tu vis. Puis ça devient possible de l’allonger. Tu retrouves plus de confiance en toi, plus d’espace, plus de résilience, de l’inspiration, etc…
– marcher les doigts relax calme ton système ton nerveux, libère ta respiration et ouvre sur un autre état d’esprit plus grand, plus ouvert et ça impacte aussi sur ta vie, etc…

Marcher en apportant ton attention dans ton corps t’informe sur toi-même.

Apprendre à te rencontrer dans la marche, à te reconnaitre, à t’explorer, à te transformer, c’est le but, la mission de marcher vers soi.
Tout est en dedans de soi. Oser y aller te donne le pouvoir de faire de ta vie un chef d’oeuvre.
Moi j’ai choisi d’y aller avec la conscience, la marche et le jeu.

Si tu veux t’initier avec un jeu super simple, je te guide:

Je m’initie au jeu de marche qui me dresse et m’ouvre à la nouvelle année.

C’est un petit jeu d’initiation.
Je te demande un tout petit prix.
L’idée c’est que tu embarques dans le jeu sans avoir peur de perdre quelque chose.
Il dure 19 minutes.

Tu  le télécharges, tu le mets sur ton iphone et tu m’apportes marcher avec toi:
Je t’attend de l’autre côté,
Le corps au grand air, les deux pieds dans la vie!

Marie Jeanne

S'il vous plait Connexion - Login pour poster un commentaire